RSS

La brocante à idées….

Entre, visiteur, entre……et surtout considère toi comme chez toi…..

Ce blog est un espace de libre expression, d’un citoyen du monde qui se veut libre, indépendant, humaniste…..2016-03-17-22-13-45

Ces quelques articles, chroniques, pensées, sont des ressentis, des visions d’honnête homme qui n’ont surtout pas pour but d’affirmer, d’imposer, valider….

Si elles te font sourire, rire, pleurer, crier, alors ce ne sera que mieux…

N’hésite pas, cher visiteur à t’opposer, à gueuler, à penser autrement… et si, par bonheur, ces quelques lignes t’ont plu, alors invite tes amis comme on recommande un resto…..

Ta présence ici sera ma plus belle des récompenses, elle me permet d’être, d’exister, et de me rassurer….

Grace à toi, visiteur, je sais que je ne suis plus seul sur notre belle planète…

A très bientot!

P.S. : de nombreux articles sont répartis sur le blog, selon les diverses thématiques, ils ne sont pas tous sur cette page, qui n’en reprend que les derniers. Bonne promenade….

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 2 décembre 2012 dans Ma boite aux lettres

 

Que les pauvres sont fatigants….

Une terrasse magnifique, une vue qui ne l’est pas moins, ce jeudi soir.

Les élégantes promènent leurs jolies tenues, leur maquillage si soigné, leur manucure si délicate.

Ces messieurs avec leur chemise  immaculée, dessous cette veste si cintrée, au teint  halé, au sourire éclatant.

Le champagne est délicieux, les mets sont délicats, les nappes si blanches. Les deux si jolies tables soigneusement bordurées par ces magnifiques bouquets desquels on a soigneusement oublié d’ôter le nom de ce fleuriste du quartier  réputé, tellement délicat dans son art de la composition florale.

La musique d’ambiance, pour l’instant  pas trop assourdissante reprend ces quelques tubes que l’on a décrété comme classieux, élégants, autres que ces vulgaires riffs de guitare, voire pire, que ce rap mal fichu de ces mômes au langage si désordonné.

Éclats de rire un peu sonores, parfois surjoués….  Petits fours originaux…. Les plus informés relatent les secrets de vestiaire de ce si grand club qu’il est de bon ton de suivre et de connaître depuis des générations. Les autres de cette histoire de fraude fiscale de…. Mais oui, tu le connais, il vient à toutes les soirées.

Inexorablement arrive le sujet du jour…

« Vous avez vu les images?  Tous ces gens qui se sont rués sur le Nutella…. Non??? Mais il faut voir ça! Absolument! Tiens regarde, j’ai la vidéo sur mon portable….

Décidément, ils n’ont honte de rien ces gens là…. Tout ça pour un peu de pâte à tartiner…. Tu te rends compte, ils ont été obligés de limiter la vente à trois pots par personne. C’est dire si ce sont des sauvages! Ils parlent d’émeutes… Pour du Nutella… Quelle honte, vraiment c’est choquant….

De toute façon on les connait ces gens-là. Ce sont les mêmes qui vont au stade, aux populaires…. Qui nous agacent avec leurs cris et leurs merguez… Sans parler du reste… Enfin, je me comprends…. 

Dimanche dernier j’étais avec mon petit au parc du centre-ville. Tu sais quoi, il y en avait qui étaient là, en train de faire un pique-nique, et de jouer au foot avec leurs ribambelles de mioches. Qu’est-ce que ça criait! Et ça riait fort! Impossible de tenir leur fichue marmaille ces gens-là….

Plus ça va, plus je le comprends, notre ami, avec son évasion fiscale… Comment? Tu n’es pas au courant? Oui, des sommes fabuleuses en Suisse… Pas de bol il s’est fait prendre… Je lui avais dit de ne pas faire de politique, qu’il se ferait attraper… Tu parles, ces enfoirés ils ne l’ont pas loupé. Mais oui tu le connais…. Il couche avec la grande blonde, aux yeux bleus, qu’on a croisée chez les Durand il y a dix jours…. Avec sa robe verte… Tu vois????

Tu parles qu’il a raison de planquer son argent, marre de payer pour tous ces fainéants….

Bon, en même temps, pour une fois qu’ils peuvent avoir du Nutella pour leurs mômes… Mais bon quand même, se ruer comme ça… Pfffff, aucune dignité ces pauvres…..

Il reste du champagne?

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 janvier 2018 dans Accueil, Chroniques citoyennes...

 

Rock’n’roll attitude!

Et si pour une fois les penseurs arrêtaient de penser?

Les images des obsèques de Johnny vont passer, encore et encore, sur nos écrans, réseaux et autres journaux.

Cette foule venue de partout, de tout horizon politique, géographique, social, ne demande rien d’autre que de lui dire au revoir….

Durant des années elle a communié avec cet homme, pétri de défauts, certainement, mais qui leur a apporté un bonheur que certains s’autorisent à moquer.

Et ces mêmes penseurs s’offusquent de tirades diverses et variées qui ne les satisfont pas, qui bousculent leurs schèmes et pensées, censeurs censés descendant de Torquemada mais se réclamant de Charlie…..

Aujourd’hui, le mot populaire nous a pété à la figure, dans sa plus belle acception, dans son sens le plus beau, le plus profond, nous rappelant que le populisme qu’on lui accole si souvent n’avait pas sa place dans cette ferveur simple et belle…..

C’était beau de voir ces gens danser et pleurer, taper des mains et se taire, écouter et participer…

Ils étaient magnifiques à applaudir ce cercueil si blanc, à soutenir cette maman, ses enfants, ses amis dans la peine…..

Les motards ont joué leur partition, avec ce vrombissement de leurs destriers si bien briqués….

Les musiciens ont joué, avec talent et engouement, laissant les fans prendre la place du chanteur….

Les politiques ont su être dignes, sans en faire trop, sans se mettre devant, sans se montrer….

Sacré Johnny….

J’ai toujours reconnu ta puissance de bête de scène, même si je n’écoutais pas ta musique. Une amie me disait que tous nous avions au moins une fois dansé, chanté, crié sur un de tes morceaux.

Oui, tous, nous avons tous au moins un souvenir te concernant, directement ou pas.

Sacré mec que tu es….

Ce qui s’est passé aujourd’hui restera, longtemps, comme un rassemblement comme tu étais le seul pouvoir le faire….

Alors, les intellectuels, contestataires et autre moqueurs, pour une fois taisez-vous et écoutez…

Oui, écoutez cette musique, qui vient du bon vieux temps du rock’n’roll.

Oui, écoutez cette musique, toute cette musique que j’aime…..

 

Life!

Goût de cendre…..

Alors comme ça tu t’attaques à nos enfants….. Sombre lâche…. C’est tellement facile, de s’attaquer tout ce qui peut symboliser la vie, la joie, le bonheur.

Ces choses si belles, naturelles, qui ne sont pour toi que des concepts, des Everest inaccessibles qui traduisent ton incapacité à être, à vivre, représentation de l’humanité, de l’humanitude….

Mais tu imagines quoi?

Tu penses nous faire peur? Tu crois que désormais nous serons terrorisés? Mais tu n’as pas compris, une fois de plus, une fois encore. Ne t’inquiètes pas, je ne suis pas un héros, capable de prendre des armes, de venir te chercher dans ta tanière, dans ton clapier… Et si un jour je suis face à toi, j’ai bien conscience que je ne pourrais rien,

Le vrai lâche, le vrai peureux, c’est toi, pauvre mec…. Tu te prends pour un héros parce que tu te fais exploser, parce que tu sacrifies ta pauvre existence qui ne prend du relief que parce que tu nous fais pleurer?

Sombre abruti.

Te suicider est bien plus lâche que tout, et montre à nouveau ton incapacité à assumer tes saloperies, laissant les tiens soumis à l’opprobre générale, à la vindicte populaire.

Tu t’attaques à tout ce qui représente la vie, le bonheur… Tu t’escrimes à détruire la culture. Dans tes conquêtes de territoire, sur lesquels ta seule ambition est de créer un monde de restriction et de tristesse, tu détruis toute beauté, monument, symbole du savoir au nom d’un Dieu qui n’a rien demandé, revendiqué, qui a juste pensé à créer les hommes pour qu’ils soient heureux…

Comment? Ce que je dis là te choque?

Mais mon pauvre, crois-tu que ce Créateur, qui laisse la liberté à tout un chacun de croire en lui ou pas, a imaginé une telle perfection, un tel équilibre, une telle magnificence pour que quelques idiots bas du plafond le détruisent, le renient?

Mais tu imagines quoi?

Tu crois que par ton obstination terroriste nous allons arrêter de vivre? De nous cultiver? D’écouter de la musique, de lire, de bouffer, de baiser? Sombre abruti…

Dis-toi une chose, nous continuerons à le faire, et ce ne sera même pas un acte de résistance. Ce serait te donner cette importance que tu revendiques. Non, espèce de crétin, nous allons continuer à jouir de cette merveilleuse planète, si belle, si imparfaite, sans penser toi, à tes actes, à ton intolérance…

As-tu enfin compris? Quoique tu fasses, cela ne nous atteint pas… Alors, oui, bien sûr, encore une fois, ce matin nous sommes tristes et nous pleurons, nous pensons à ces gamins, à ces parents…. Oui, ce matin, nous sommes tous de Manchester.

Toi, tu ries, tu crois avoir réussi… Mais encore une fois, tu n’as pas compris que notre tristesse et notre dégoût ne sont qu’un instant, un moment, furtif, passager, et  très vite nous sourirons à la vie, au bonheur….

Tu voies, dans cette brume si londonienne de ce petit jour, nous apercevons cette lumière qui nous attire, nous aspire, et nous fait tenir à jamais debout.

Mais toi, au fin fond de ta nuit, il n’y a que noirceur et ténèbres, à tout jamais….

Et c’est cela qui nous différencie.

Pour toujours…..

 

Night heart…..

La nuit….
Ce moment si noir où la lumière se fait.
Cet instant unique où des soleils se lèvent…
Ce moment où, seul, tu penses, tu relis, tu revis, tu relies….
Cet instant si précieux quand tes yeux distinguent ce qu’ils n’avaient pas su voir, pas voulu croire….
Oui, la nuit, ce moment où cette flamme s’éteint ou se rallume à jamais, à tout jamais….
Oui, la nuit, moment où tout se gagne, se perd, se digère….
 
Moi, je l’aime, ma nuit.
Ma vieille amie, ma douce complice.
Elle me connait bien, la nuit.
Elle m’a vu, entendu, compris, souri, la nuit.
Elle sait ce qui se passe, ce qui se trame, qui fait que cet instant si rare ne se renouvellera jamais…
 
Moi, je l’aime, ma nuit.
Elle m’a souvent accompagné, dirigé, regardé, la nuit.
Dans ces virées nocturnes, mes refuges incertains, mes rencontres si étranges…
Dans mes soirées avec mes amis, mes complices, frères d’armes, compagnons d’âme.
 
Elle m’a protégé, la nuit.
M’entourant de ses lumières sombres, ses volutes, ses artifices.
Elle m’a caché ces choses si laides que je voulais oublier…
Me portant, m’inspirant, sur ces routes mal goudronnées, pleines d’excès, pleines de regrets.
 
Moi, je l’aime, ma nuit.
Des fois, elle ne veut pas que je dorme.
Des fois, elle ne veut pas que je sois, moi.
Des fois elle ne veut pas de moi.
Ma nuit me permet de comprendre, d’entendre, d’apprendre.
 
Moi, je l’aime, ma nuit.
Et si mes jours en sont plus difficiles, plus fatiguant, elle les rend si exaltants.
Oui, je l’aime ma nuit….
Elle qui m’apporte sa lumière, ma lumière…

 

JB

8 Mai 2017.

 

 

 

Demandez le programme!

Ces élections sont étonnantes….

Pour la première fois, autant que je m’en souvienne, je vois et j’entends des débats permanents sur cette issue incertaine, ce challenge entre quatre candidats, quatre approches différentes….

Pour la première fois, je vois de nombreuses personnes, plutôt apolitiques, parfois indifférentes, faire du prosélytisme, appeler à voter pour tel ou tel champion, pour tel ou tel programme…

Justement, le programme… Qui connaît réellement les programmes de ces champions ? Alors, bien sûr, certains me répondront qu’ils les ont lus, analysés, décortiqués…

Mais moi, pauvre profane, quand je demande qu’on me les explique, détaille, je n’entends que les grandes lignes éditoriales de notre presse, citée selon ses préférences, mais je ne reçois pas de véritable diagnostic…

Ce qui m’inquiète cependant dans ces campagnes, officielles, officieuses, individuelles, ce sont d’une part ces affirmations liées à la seule personnalité des candidats, faite d’admiration parfois surfaite ou de haine assez violente de l’adversaire…

Adversaire, quel mot affreux pour désigner son concurrent, son contradicteur… Si nous pouvions parler de partenaire de démocratie… Mais là je rêve, je m’égare… Je me recentre…

Oui, cette haine des gens soit disant non encartés est inquiétante. Alors, la mode est désormais de taper à bras raccourcis sur Macron et son manque de programme, lui qui était il y a peu présenté comme un surdoué dans son domaine… L’autre mode consiste à insulter Fillon, pour des actes effectivement moralement condamnables, mais qui ne sont que les us et coutumes de cette République, si belle, qui n’a pas su poser à temps des gardes fous salvateurs… Mélenchon, quant à lui, est qualifié de Pol Pot potentiel, de Castro light ou de Staline imberbe… Le Pen est de son côté envisagée comme une anti démocrate affirmée, suppôt de Mussolini, Hitler ou Franco, accélérateur de point Godwin….

Alors moi le simple citoyen, peu au fait des choses, pas du tout technicien ni économiste, totalement apolitique, capable d’aller écouter Mélenchon et de demander qu’on laisse la grande blonde tenir ses meetings tranquillement, oui, moi, le petit, je voudrais savoir…

A écouter les économistes de tout bord, les programmes de Mélenchon et Le Pen se ressemblent… Le programme de Fillon est pour certain le plus structuré et pour d’autres le plus drastique… Le programme de Macron est soit une synthèse, soit inexistant…

Bon sang, mais comment vais-je m’en sortir?

Non, je ne ferais pas un vote Closer ou Gala, parce que l’un est beau gosse, l’autre a de la carrure, le suivant est un tribun l’autre traduit des colères…

Non, Voici n’est pas pour moi…

Bref aujourd’hui, je ne sais pas, je ne sais plus, et personne ne nous aide, ne nous accompagne…

Décidément, je crois que j’ai réellement envie d’un billet pour rêver… Il faut que le programme soit alléchant, et des artistes à la hauteur…

Oui, mes amis, demandez le programme…. Il y a urgence…

Oui, les amis, demandons les programmes….

 
 

J’aime pas le 8 mars…

J’aime pas le 8 mars…..

Non, décidément, ce mercredi si ensoleillé, cette journée si agréable ne l’est en fait pas!

Journée de la femme qu’ils ont dit!!!! Depuis ce matin, tous les candidats, tous les poètes, tous les philosophes nous parlent des femmes, nous disent, que… Qu’il faut que… Qu’ils feront ceci, qu’ils changeront cela….

J’aime pas le 8 mars…

Cette journée nous met, tous, chacun, devant des faits que nous prenons soin de cacher, d’ignorer, d’oublier….

Décidément, cette journée ne me plait pas, nous rappelant sans-cesse cette inégalité, ce machisme vertueux, cette différence assumée…..

Cette violence légitime, cette hypocrisie envers ces pays si totalitaires mais si riches, cet aveuglement volontaire…..

J’aime pas le 8 mars…..

Mais moi, j’aime celle qui m’a porté, accompagné, éduqué, et dont je retrouve le regard quand je croise une femme enceinte ou tenant la main de son enfant….

Mais moi j’aime mes copines, que je ne regarde que pour ce qu’elles sont, les admirant, les écoutant, les regardant, gentiment… normalement….

Mais moi j’aime toutes celles dont nos routes se sont croisées, pour un moment, un soir, une histoire….

Mais moi j’aime toutes celles que je ne connais pas encore, que je ne connaitrais peut être pas, que je ne croiserais pas….

J’aime pas le 8 mars….

Mais vous , Mesdames, Mesdemoiselles, de tout âge, de toutes les couleurs, de toutes origines, avec vos caractères, vos colères, vos rires, vos pleurs, vos sensibilités….

Avec nos différences…..

Oui, vous, Mesdames, Mesdemoiselles, moi, je vous aime.

Tout simplement.

Article écrit le 8 mars 2017, journée des droits de la femme.

 

Dans cette maison….

Dans cette maison il y a des gens,

http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-images-small-house-cloud-sky-image25233169

Anonymes, connus, importants.

Dans cette maison il y a des gens,

Et rien ne sera plus comme avant.

 

Dans cette maison  il y a des amis,

D’ici, de là-bas, de mon pays.

Dans cette maison il y a des amis,

Qui m’ont accompagné, qui m’ont construit.

 

Dans cette maison il y a des rires,

Plein d’enfants, plein de sourires.

Dans cette maison il y a des rires,

Qui nous empêchent de trop grandir.

 

Dans cette maison il y a mon enfant,

Si vite, trop vite, devenu grand.

Dans cette maison il y a mon enfant,

Qui m’a appris à être parent.

 

Dans cette maison il y a du bonheur,

Cette joie de vivre, qui touche au cœur.

Dans cette maison il y a du bonheur,

Ce moment de grâce qui empêche les pleurs.

 

Dans cette maison il y aura toi,

Qui restera là, tout près de moi.

Dans cette maison il y aura toi,

Que j’entourerai  de mes bras.

JB.

 
 
%d blogueurs aiment cette page :